APRÈS 50 ANS D’ISLAMOLÂTRIE, GUERRE CONTRE L’ISLAMISME

Jean-Claude Charbonnier dit Chabrier fut témoin en juin 1940 de la débâcle et de la fuite de la république vaincue qui a abandonné les civils otages. Il a été petit résistant à l’envahisseur allemand. Depuis 1950, il voyage ou séjourne sur la Route de la Soie en Europe orientale et en Asie musulmane jusqu’au Tadjikistan (et Taiwan). Il a accumulé 80.000 photos et 500 videos de rites, essentiellement chrétiens de l’Est et de l’Orient (fonds C.H.R.I.S.T.O.S). Il est docteur en médecine, dr en musicologie-études islamiques, dr en musicologie-histoire de la musique et diplômé Langues’orientales Il a enseigné l’analyse des langages musicaux traditionnels en Sorbonne après 1985. Il pense qu’on ne peut pas recevoir dix millions de musulmans en France et leur interdire de blâmer ceux qui se délectent des caricatures de leur prophète.

Un demi-siècle d’islamisation de la vie sociale en France..
« Regroupement familial » (Giscard) ; « Il faut qu’ils se sentent chez eux » (Mitterrand) ;
« L’Islam est une chance pour la France » (Chirac) ; « Les filles musulmanes subissent un
choc de civilisations » (docteur Spitz :doc), (Et les Souchiennes ne subissent aucun choc?) ;
« Discrimination positive » (Sarkozy) ; « Islam des Lumières » (Macron). Et depuis
plusieurs décennies, je note sur mon agenda les faits et jugements montrant que les migrants
musulmans ou autres ont généralement satisfaction lors de leurs conflits avec les Souchiens.

De l’opprobre au tabou des minorités.
Lors des guerres d’Algérie (souhaitée par Mitterrand) et des Six Jours (1967), l’islamophobie
était de bon ton. Mais depuis la guerre du Kippour (1973), le prix du pétrole, doublé par
Kaddfafî, a engendré le respect des Arabes riches et un meilleur accueil pour les migrants du
Maghreb, puis pour les musulmans du Kosovo-Metohija (glorifiés par Chirac pour vexer
les Serbes) , de Tchétchénie (pour fustiger les Russes), de Syrie (pour humilier Bachar),
d’Iraq, de Libye, et d’Afrique pour fuir les difficultés locales ; enfin avec l’invasion de
Daësh, du Croissant fertile, et d’Afrique. Ces migrations ont été applaudies par la gauche et
fustigées par les identitaires avant que des lois prétendûment antiracistes ne dérivent vers
une suppression brutale de la liberté de percevoir et de penser en république française. Bref,
on a tout fait pour mettre les migrants à l’aise, matériellement, religieusement, dans la santé,
les études et les examens et pour forcer les Souchiens à s’adapter à une sociologie
musulmane. Les Souchiens vivent désormais chez eux comme les minoritaires chrétiens
d’Orient avec la crainte constante de froisser les musulmans. (Ayant à mon actif soixante dix
ans de voyages et séjours en islam, je connais cette dhimmitude). Et toutes les minorités
ethniques d’origine (Juifs, Arabes, etc.) ou de comportement (LGBTQI, etc. sauf les
pédophiles fustigés et les BDSM oubliés) sont désormais incritiquables et inattaquables.
Les Valeurs de la République ; le christianisme écrêté et l’islam amputé contre l’Islamisme.
Durant des siècles ; l’Europe s’est inspirée des valeurs chrétiennes. Puis la Révolution
française, avec la Terreur et le génocide vendéen a sombré dans le totalitarisme, suivi de
l’Expansionnisme impérial, de la Restauration et de la colonisation républicaine. Alors pointe
une morale laïque liée à l’anticléricalisme. Récemment, Vincent Peillon a essayé de créer
une religion des droits de l’homme et Macron et son entourage ne cessent de se référer aux
Valeurs de la République. Le système voudrait traiter les religions à égalité, mais ne cesse
de s’apitoyer sur l’islam et d’admettre que le catholicisme représente la continuité. Il martèle
qu’on peut remplir la France de musulmans, subventionner leurs institutions, et limiter leur
pratique de l’islam à ce qui est compatible avec les Valeurs de la République (ce qui donne
un islam non conforme à ses préceptes) en forçant les Souchiens à adapter leurs traditions à
celles de cet islam amputé. (ex : viande halal sans vin, etc.). Le Système n’a lu ni le Coran ni
les Hadith : Il faut respecter les Gens du Livre, et massacrer les Infidèles. Et le Système,
pour obliger Juifs, chrétiens et musulmans à tronquer leurs croyances, compte sur l’Ecole et
le matraquage médiatique. Or la majorité des musulmans refusent cet Islam des Lumières et
s’en remettent aux écrits, à la charia et à leurs imams rigoristes. Le système ayant imposé le
blasphème aux chrétiens (Jésus est pédé, etc.) veut imposer le blasphème (les caricatures du
prophète Mahomet de Charlie Hebdo) aux musulmans. On va voir le piètre résultat. 2) JCC Chabrier. Après 50 ans d’islamolâtrie, guerre contre l’islamisme et le séparatisme.

La persécution des opposants au Système et le lynchage de Mila.
Le système fait une guerre farouche aux nationalistes et identitaires. Le Pen : Jean-Marie a
été racketté, Marine tergiverse, Marion observe. Dieudonné : racketté ; Soral, Ryssen : en
prison. Zemmour n’a pas le droit d’exprimer sa perception ni sa pensée. Il sera donc racketté.
« Touche pas à mon pote »: Les musulmans, témoins d’une Religion de paix et d’amour sont
intouchables. Si l’un d’entre eux attaque, ce n’est pas parce qu’il est musulman, mais parce
qu’on le dit psychologiquement fragile. Puis la situation change. Mila, une belle jeune fille
lesbienne, harcelée sur le net, lâche qu’elle met son doigt dans le cul du prophète. C’est le
hallali. Des milliers de musulmans, non terroristes mais choqués, la violent et l’égorgent sur
le net. Il faut exfiltrer Mila, condamnée à mort, et la dissimuler dans un internat lointain.
Les caricatures ; la résolution de l’islamiste tchétchène Abdoullakh Anzorov ; Simon Paty.
Voici que Charlie-Hebdo republie, avec l’accord complice du Système, les caricatures du
Prophète. Pour le Système, elles illustrent la Liberté de penser qui n’appartient qu’à ses
militants, alors que les opposants n’ont pas le droit d’exprimer leur perception ni leur pensée.
Où sont donc les droits de l’homme ? Il y a blasphème contre le Prophète de l’lslam aux yeux
de millions de musulmans et donc une provocation inutile. Aucun chrétien d’Orient n’aurait
osé provoquer ainsi les régimes musulmans. Et, à ma connaissance, aucun régime musulman
n’a cautionné la publication d’une caricature de Jésus nu avec une étoile sur la fesse. Il y a là
une faute grave de Macron et de ses droits de l’homme. Abdoullakh Anzorov et sa famille
tchétchène accueillis en France en 2008 (pour faire la leçon aux Russes. De quoi ont-ils
vécu? Ont-ils travaillé?) semblent être des musulmans radicaux. Abdoullakh a 18 ans. C’est
l’âge de l’héroïsme. (L’auteur de ces lignes, ancien petit résistant a éprouvé ces sentiments en
1944). Il part pour venger le prophète victime d’un blasphème. Je le perçois moins comme
un terroriste islamiste que comme auteur d’un crime lié à l’extrémisme religieux. Quant à ses
complices, ils semblent a priori être des musulmans radicaux, donc solidaires. La victime du
crime, Simon Paty, professeur d’histoire consciencieux passionné est aussi une victime de
l’idéologie du Système qui, tout en accueillant des musulmans en masse et sans aucun
contrôle, croit pouvoir persécuter les opposants nationalistes et favoriser les militants qui
s’autorisent à insulter Mahomet comme ils ont impunément insulté Jésus. L’enseignant abusé
estime que la caricature d’un prophète peut illustrer la liberté d’expression. Il faut néanmoins
honorer l’abnégation des enseignants exposés sans protection qui doivent affronter des
enfants et adolescents hostiles qui vivent des allocations familiales et refusent l’instruction.
Les réactions d’Emmanuel Macron à ce crime qui ridiculise sa politique islamolâtre sont
aussi irréalistes que possibles. Il ne veut pas dénoncer le crime d’un musulman (fût-il
radical), en réaction à un blasphème. Comme dans toutes ses interventions, Macron fait un
montage en travestissant la réalité. Ce serait un méfait du Terrorisme islamiste en guerre
avec les Valeurs de la république. Ce faisant il irrite la majorité des musulmans et, comme
Mitterrand à propos de l’Algérie, sa solution, c’est la guerre (qu’il ne connaît pas). Et dans
cette guerre civile, les Souchiens tiendraient le rôle des pieds noirs, les enseignants seraient
les harkis sacrifiés (ou les rappelés), les musulmans (qui sont déjà armés) tiendraient le rôle
des Algériens insurgés et voués à la victoire, et l’Élysée compterait les points. Ses premières
déclarations sont infantiles: « Ils(qui?) ne passeront pas » ; (Marine Le Pen, traitée de
charognarde par Marlène Schiappa, ajoute: « Ils sont déjà passés ») ; « Nous ferons bloc » ;
« Les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays » ; « Nous allons
décapiter les organismes islamistes » ; « La République ne se laissera pas violer » ; « Nous
ne renoncerons pas aux caricatures » ; « Rien ne nous fera reculer ; jamais » L’Élysée,
planqué, déclare la guerre quand les enseignants désarmés sont dans les tranchées et que la
Madelon Mila est mise à prix. Le couple élyséen, comme le couple Ceauşescu, est en délire.
25.10.2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *