UN GÉNOCIDE PEUT SACRER LE TRIOMPHE DE L’INTRUS SUR L’AUTOCHTONE

Jean-Claude C. Chabrier, français de souche, a évolué ou séjourné depuis 1950 sur la Route de la Soie, entre Wien et Almaty. Il en connait donc toutes les bourgades et presque toutes les minorités, notamment les chrétiens d’Orient (qui ne se limitent pas au monde arabe). Il est diplômé des Langues orientales, docteur en médecine (il a exercé durant quinze ans), docteur en musicologie-études-islamiques, et docteur en musicologie-histoire. Il a créé le Centre pour l’Histoire, la Recherche, l’Illustration, la Sauvegarde des Traditions de l’Orient Spirituel (chritos.fr documentation audio-visuelle)

Une quinzaine représentative de l’islamo-colonisation de la France.
La deuxième quinzaine d’Avril 2021 est riche d’évènements. Valérie Pécresse a souhaité bon ramadan aux musulmans et il y a des violences nocturnes dans de nombreuses villes. Le verdict du massacre de policiers à Viry Chatillon tombe. Parmi ces assassins, les plus cruels sortiront de prison dans une ou deux dizaines d’années et enrichiront la population venue de tous horizons (c’est pratiquement ce qu’a expliqué l’avocat général). Les autres tueurs sont acquittés. Ce verdict insensé déclenche une bagarre dans le box des accusés, puis une bagarre dans le public, enfin l’indignation chez les gens dits « de droite ». Macron à Montpellier annonce 10.000 policiers, pour contrôler, non pas l’immigration, mais la drogue. Les marchés du ramadan fonctionnent après 19 heures. A Rambouillet, un Tunisien, Jamel Gorchene, ni admis, ni expulsé, ni régularisé, ni fiché, pénètre dans le sas du commissariat de police et égorge Stéphanie Monfermé, mère de deux filles. Macron, toujours prêt, comme les stratèges de la guerre de 14-18, à sacrifier les humains pour gagner, affirme que « lors du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous (qui?) ne céderons rien (?) ».

La commémoration du 24 avril 1915 à Paris.
Voici l’anniversaire du 24 avril 1915, jour où la lettre de Talaat Paşa a préconisé le massacre ou la déportation de tous les Arméniens de l’Empire ottoman. Lors des émeutes islamistes anti-minoritaires de 1955 à Istanbul, mes (futures) amies Ganimet, Nahidée et Nihal, turques musulmanes, avaient protégé le magasin de M.Sarkis et de Mme Alice, arméniens chrétiens, de la vindicte populaire. Je suis arrivé à Istanbul en 1956 et ai fait la connaissance de cette société. Je commémore donc régulièrement le 24 avril. En ce 24 avril 2021, j’assiste d’abord à la liturgie de Mgr Hovhanessian célébrée à 14 heures à la Cathédrale arménienne apostolique Saint Jean baptiste de la rue Jean Goujon. Autour de la statue de Komitas, les Arméniens venus de la région parisienne se sont rassemblés nombreux. Un podium abrite des orateurs chargés de galvaniser la foule qui, discrète sur l’islamo-colonisation de la France, se concentre sur le sort récent de l’Arménie attaquée par l’Azerbaidjan d’Aliev (armé par Israël et par la France) avec la participation de mercenaires envoyés par la Turquie d’Erdoğan (la Turquie est toujours très bien armée). Les drapeaux arméniens sont innombrables, les pancartes fustigeant Aliev et Erdoğan sont très nombreuses, rédigées en arménien, en français ou en anglais. Quelques allusions aux minorités turques de France et aux incidents de Dijon avec des minorités arméniennes. Beaucoup d’allusions à l’Artsakh (Haut Karabagh) reconquis en 1990 et partiellement reperdu en 2020. Aucune réelle allusion à l’islamo-colonisation de la France. Les Arméniens connaissent l’islam.

-2-) JCC Chabrier. Un génocide peut sacrer la victoire de l’intrus sur l’autochtone.
De la Grande Arménie de l’Antiquité à l’Empire ottoman.
Dès le VIIème siècle avant JC, les Arméniens sont autochtones de l’Asie mineure et des terres limitrophes à l’Est. A la fin de l’Antiquité, la Grande Arménie de Tigrane le Grand s’étend de la Méditerranée (Cilicie) à la Caspienne et elle englobe l’Atropatène, actuel Azerbaidjan. Sous l’influence de Saint Grégoire l’illuminateur et du roi Tiridate, l’Arménie devient, en l’an 301, le premier royaume chrétien. A partir du VIIème siècle, elle est envahie par les Arabes, les Byzantins, puis les Turcs Seldjoukides avant d’être incorporée à l’Empire ottoman. Reste le Royaume arménien de Cilicie qui va disparaître au XIVème siècle avec Léon V de Lusignan.  Les Arméniens sont devenus des dhimmi-s de l’islam et des gâvur-s de l’Empire ottoman. D’aucuns brillent. Les plus doués peuvent devenir ministres ou compositeurs de musique ottomano-turque, tels Nicoğos-Ağa ou Levon. Mais les Arméniens des campagnes sont jalousés par des musulmans turcs et kurdes moins réalistes.

Des massacres de Cilicie au génocide de 1915.
A la fin du XIXème siècle recommencent les massacres d’Arméniens en Cilicie. En 1914, l’Empire ottoman déclare la guerre aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. En novembre, un firman du Padişâh Reşad préconise le massacre de tous les chrétiens orientaux. Puis l’armée de la Sainte Russie fait une percée jusqu’au Lac de Van et les chrétiens l’accueillent avec enthousiasme. Mais le 24 avril 1915, sous l’influence du Comité islamo-gauchiste ? Union et Progrès, la lettre de Talaat-Paşa prescrit l’élimination ou la déportation de tous les Arméniens. Et le génocide sévit avec ses atrocités. Les hommes sont pendus. Les femmes, les enfants et les vieillards sont déportés à pieds en colonnes dont on massacre les trainards. Les femmes enceintes qui accouchent en route voient leurs nouveau-nés embrochés sur les baïonnettes. En arrivant dans les terres kurdes du sud-est, les soldats qui encadrent la colonne, vendent aux Kurdes les petites filles pour en faire des esclaves, les jeunes femmes pour en faire des concubines ou des prostituées. Il a ainsi disparu un million trois cents mille Arméniens. Et la Turquie a nié ce génocide dès sa création en 1923.

Quelles leçons peut-on tirer du génocide arménien dans la France islamo-colonisée.
Les Arméniens sont des autochtones depuis l’Antiquité et les Turcs sont des migrants arrivés à partir du VIIème siècle après JC. De nos jours, l’Asie mineure s’appelle Turquie et tous ses habitants sont déclarés turcs depuis 1923. Depuis Giscard, les gouvernements français favorisent l’islamo-colonisation de la France. Lorsqu’un migrant musulman tue au nom de sa foi musulmane, Macron et ses suppôts évoquent le terrorisme islamiste contre les valeurs de la république sans incriminer le vrai islam qu’ils voudraient travestir en islam de France. Après l’assassinat de Simon Paty par un croyant tchétchène, Macron, qui n’a jamais fait la guerre, monte au front : « Ils ne passeront pas ; nous ferons bloc ; les islamistes ne doivent pas dormir tranquilles dans notre pays ; nous allons décapiter les organisations islamistes ; la république ne se laissera pas violer ; nous ne renoncerons pas aux caricatures ». Chaque déclaration délirante de Macron a pour effet qu’un innocent est assassiné. On ne peut concilier l’islamo-colonisation et la circulation blasphématoire des carricatures du Prophète. Les musulmans vont devenir de plus en plus nombreux et puissants en France et les souchiens, minoritaires dhimmis infidèles, seront à la merci d’un génocide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *